Vous êtes ici : Accueil > ARCHIVES > Actualité des classes. Année 2009-2010 > Le poète Paul Fort > CRI DU CŒUR. UN INEDIT (en avril 1960) DE PAUL FORT
Publié : 5 avril 2010

CRI DU CŒUR. UN INEDIT (en avril 1960) DE PAUL FORT

 Paul Fort, le Prince des poètes, s’en est allé le 21 avril 1960, il y a 50 ans. Voici un poème paru dans le Figaro littéraire du 30 avril et présenté comme un inédit.
 UN INEDIT (en avril 1960) DE PAUL FORT

CRI DU CŒUR

Pour m’aimer tendrement je n’ai que ma misère. Hélas ! Tout m’a quitté. Suis-je un vieux ? Oui, vraiment, et l’hiver sera rude. Je n’ai que ma misère et que la solitude pour faire le gâté.

Adieu les petits soins et le bon lit bordé, le cher travail aidé, le feu doux et la lampe, le doigt contre la tempe sur le livre humecté – bonheur silencieux ! – des perles, ô mes yeux, de la félicité, deux ombres sur le mur, la femme qui murmure vers le chat dans son coin, ces absences du moins les ai-je méritées ? Que mes enfants sont loin !

Pour m’aimer de tendresse je n’ai que ma tristesse, puisque l’on m’a quitté…Je suis un vieux tremblant et l’hiver sera rude : Je n’ai que la tristesse et que ma solitude pour faire le gâté.

Où sont-ils mes amours ? Ceux-là de tous les jours ? Ces amours si fidèles ? Ces amours éternelles, cet amour de l’amour et qui s’en venait d’elle jeune encore à ce vieux ? Où donc est l’hirondelle de mes seuls jours heureux ? Le dit la ritournelle : enfuie à tire-d’aile vers une vie plus belle sous l’azur d’autres cieux…

 

Pour m’aimer tendrement je n’ai que ma misère. Hélas ! Tout m’a quitté. Je suis un vieux vraiment et l’hiver sera rude. Je n’ai que ma misère et que la solitude pour faire le gâté !

Paul Fort

(Extrait des Ballades de ma raison et de nos folies.)

A paraître Editions Seghers