Vous êtes ici : Accueil > Correspondances avec l’école de Zinado du Burkina Faso > Musique et danses au Burkina Faso
Publié : 20 novembre 2010

Musique et danses au Burkina Faso

La musique et les danses tiennent une place importante dans les différentes régions du Burkina Faso.

Ces pratiques culturelles et artistiques contribuent à renforcer l’identité d’un pays qui fête en 2010 le cinquantième anniversaire de son indépendance. 

Un danseur de warba à l’entrée du musée consacré à cette danse à Zorgho.

La danse du warba  : "A l’origine, le warba, danse des funérailles, était pratiqué, afin de permettre à l’âme du défunt de rejoindre en toute quiétude le royaume des ancêtres."

L’accoutrement du danseur de warba doit lui permettre de prendre du volume ; l’effet sera garanti auprès des spectateurs. 

Dans sa main gauche, le danseur de warba tient un "gris-gris" pour chasser les mauvais esprits environnants.

 

Dans la main gauche, le "gris-gris" du danseur de warba. 

Dans la main droite, il tient des "castagnettes, métallophone de forme plate en double lame percutée à l’anneau metallique placée sur le pouce. "

Dans la danse, cet instrument marque la pulsation.

 

Détail de l’accoutrement du danseur de warba  : remarquer le pouce droit qui tient l’anneau metallique et le "gris-gris" dans la main gauche.

 

"Danseur de warba du Ganzourgou stimulé de près par un batteur de lunga".

Les femmes chantent et frappent des mains. Elles sont accompagnées d’un joueur de tambour.

  Autour de la taille des danseuses, ... 

...une ceinture de coquillages.

 

 

Autour des poignets , un bracelet métallique avec des anneaux qui vient enrichir le frappé de calebasse. 

 

Deux musiciens de tambours d’aisselle (lungas). Ces petits tambours (bois, cuir, peau) sont frappés par une baguette incurvée.

 

 Autre tambour d’aisselle : la pression du bras sur les cordes reliant les deux extrémités du tambour modifiera le son produit.

" Ceinture en peau de chèvre à laquelle sont attachées des clochettes en fer à queues recourbées. "

 

 BENDRE : "Instrument fait à partir d’une calebasse découpée au quart dans sa partie supérieure et recouvert d’une peau de chèvre, reliée dans sa partie inférieure par des lanières de cuir que tient un cercle en fer. "

Le Bendré servait à annoncer l’arrivée du mogho-naba, le chef coutumier. Ici, le joueur de bendré est à gauche et le chef derrière lui.

 

 A Zinado, un groupe de filles présente une danse traditionnelle accompagnée par une frappeuse de bidon.
 

 Le frappé de bidon est accompagné par un frappé de mains des danseuses.

Dans la rue, à Bobo-Dioulasso, des enfants frappent sur des "tambours" de récupération. 

 

 

 

 Le joueur tient une kora. A droite, un balafon avec les calebasses servant de caisse de résonnance pour les lames en bois. 

 

 

Formation traditionnelle d’ un groupe de musiciens avec un balafon et un tambour de forme cylindrique, à fond creux, recouvert aux extrémités de peau de chèvre et frappé des deux côtés par un bâton.

 

Scène de chasse au pays des Lobi (sud-ouest du Burkina Faso) : le chasseur est protégé par le gris-gris agité par la suiveuse. 

A droite, une Kora. 

Arbre à calebasses.

 

Précision : Les notes en italique sont des citations de légende du Musée du Warba de Zorgho.