Publié : 31 décembre 2012

Sako

Sako de Martine Pouchain

(Oskar)

4e de couverture :
Près d’un pavillon coquet, des caravanes déglinguées sur un terrain vague où vivent des sans-papiers. La vieille Mado n’attend plus rien de la vie lorsque Sako pointe sa jeune frimousse à travers la haie de son jardin. Tout les sépare : l’âge, la couleur, la tradition. tout, sauf... la solitude. Et les voilà qui, peu à peu, s’apprivoisent. Pour le meilleur et pour le pire ? 

 
L’ avis des lecteurs :

 

J’ai aimé ce livre car c’était deux personnes (Sako et Mado) qui ne se connaissent pas du tout et qui au fil du temps deviennent très amies,, Au début la mère de Sako n’aimait pas Mado et j’ai beaucoup apprécié qu’à la fin la fin la mère de Sako aime bien Mado. Félix

J’ai aimé ce livre parce que j’ai bien aimé le moment où la mère de Sako va à la mairie pour avoir des papiers pour travailler. Le maire dit qu’il faut travailler pour avoir des papiers. C’est pour ça que j’ai bien aimé ce livre. Alexandre

J’ai bien aimé ce livre car c’était une histoire d’amitié entre une petite noire (Sako) et une grand-mère (Mado) ( c’était à la fin ). HUGO

J’ai bien aimé ce livre car l’histoire peut se passer dans la vraie vie. L’histoire est triste et aussi joyeuse. Adrien

 

J’ai bien aimé que Sako ne s’ennuie plus quand elle va tous les jours chez sa voisine. Je n’ai pas aimé quand ils disent à la famille de Sako de partir mais j’ai aimé la fin quand Sako et Niouma se cachent dans le jardin de Mado pour pas partir. On ne savait pas s’ils allaient se faire attraper par la police. Thomas

J’ai moyennement aimé ce livre car c’était un peu plus pour les filles mais il y avait quand même de l’action. Enzo

J’ai bien aimé ce livre car il me fait penser à Léon car elle est Noire. Sako est courageuse car elle a perdu son père mais elle est quand même contente de sa vie. Elle a transformé Mado en une personne importante. Charlotte

J’ai bien aimé Sako parce que c’est une histoire d’amitié entre deux êtres qui n’ont rien en commun et qui n’auraient pas dû se connaître. Clara