Publié : 25 janvier 2013

Observation des oiseaux

Nous sommes allés observer des oiseaux dans la réserve naturelle face au stade Rabert Desnos.

Nous avons vu des canards colvert :

 

Le canard colvert mâle a un long corps gris, avec la poitrine brun-lilas. On peut voir un miroir irisé bordé de blanc sur les ailes du mâle et de la femelle, et des plumes recourbées vers le haut sur la courte queue du mâle. Le croupion et les sous-caudales sont noirs.
La tête et le cou présentent des plumes vertes irisées, séparées de la poitrine par un collier blanc. Le bec est grand et jaune, et porte un onglet noir à son extrémité. Les yeux sont foncés. Les pattes et les doigts sont rouge orangé.
La femelle est plus brune que le mâle, tachetée de chamois, blanc et brun foncé. La face est brun clair avec la ligne noire en travers des yeux. La calotte présente des stries foncées. Les parties inférieures sont claires avec la queue blanchâtre, les sous-caudales claires ainsi que l’abdomen.
Le bec est orange ou jaune, avec quelques taches noires au milieu. Les pattes sont rouge orangé.

Chant :

.Le canard colvert est très bruyant, et spécialement la femelle. Le mâle émet des grognements et des sifflements pendant la parade nuptiale. La femelle émet des séries de cancanements descendants.

Habitat : Le canard colvert vit dans n’importe quelle sorte de zone humide, rivières calmes, étangs, marais d’eau douce ou salée, lacs d’eau douce, estuaires et parfois aussi baies côtières abritées. Il a besoin de végétation flottante et émergente pour lui procurer sa nourriture, les invertébrés aquatiques et les graines de ces plantes.
Quelques populations sont résidentes si les ressources de nourriture et les zones abritées sont abondantes.

Comportements : Le canard colvert est un canard barboteur se nourrissant à la surface de l’eau, et plongeant la tête sous la surface en basculant son corps, la queue tendue verticalement hors de l’eau, tout en nageant. Il patauge dans les eaux peu profondes mais ira aussi "brouter" sur le sol ou glaner des graines dans les cultures en hiver.
La parade nuptiale voit le mâle exhiber ses plumes brillantes. Il nage autour de la femelle avec le cou tendu et ensuite, il projette sa tête en arrière sur son dos. Il dresse aussi son corps sur l’eau avec la poitrine gonflée et rejette un peu d’eau par le bec tandis qu’il émet un léger sifflement. Puis, il dresse rapidement sa queue deux ou trois fois. A la fin, il hérisse les plumes de la tête, tend le cou juste au ras de l’eau et là, il nage dans tous les sens, comme s’il était fou ! L’accouplement a lieu dans l’eau après une parade élaborée.
La femelle choisit habituellement le territoire près de l’endroit où elle est née, et certaines femelles reviennent chaque année au même endroit. La femelle est une excellente mère. Si elle est surprise au nid par un intrus, elle bat des ailes et lance des cris rauques en courant sur le sol, comme si elle était blessée. Cette attitude suffit en général à éloigner les prédateurs du nid.

Vol : Le canard colvert a un vol rapide pour sa grande taille. Ce sont des oiseaux agiles qui peuvent s’envoler presque à la verticale.
Il vole avec la tête et le cou tendus en avant, avec des battements peu amples et rapides. Sa vitesse peut atteindre les 80 km/h.

Nidification : Le nid du canard colvert est généralement construit sur le sol, caché dans les herbes sèches et les roseaux, dans les marécages ou sur les sols marécageux, parfois loin de l’eau sur des parties plus hautes. Il peut aussi nicher dans un creux dans un arbre. Le nid est tapissé de morceaux de paille et d’herbes.
La femelle dépose 8 à 10 oeufs vert pâle, parfois presque blancs. Les oeufs sont déposés chaque jour. L’incubation dure environ 30 jours, assurée par la femelle seule, et ne débute que lorsque la ponte est complète. Pendant l’incubation, la femelle utilise de fines plumes de son abdomen pour tapisser le nid. Elle recouvre les oeufs avec ces plumes quand elle quitte le nid pour aller se nourrir.
Les poussins sont nidifuges, et peuvent nager dès que leurs plumes duveteuses sont sèches. Une fois dans l’eau, les petits trouvent eux-mêmes leur nourriture.

Régime : Le canard colvert est d’abord un végétarien, se nourrissant de graines variées, mais il consomme aussi quelques mollusques, insectes, petits poissons, têtards, escargots et oeufs de poisson.

Protection / Menaces : Le canard colvert est réputé comme gibier dans tout son habitat, mais les populations ne sont pas en danger. Cette espèce, comme les autres canards, est en train de perdre son habitat humide, mais elle arrive à s’adapter dans les zones de parcs urbains et d’autres endroits où l’eau est présente.

Nous avons vu des foulques :

 

 
 
 
 

Identification :
Foulque macroule Plus grande que la poule d’eau, la foulque macroule est un oiseau de forme arrondie, au plumage entièrement noir, rehaussé par un bec et un écusson frontal blanc pur. Elle a un corps de canard avec un bec pointu, des yeux ronds et rouges, des rémiges secondaires bordées de blanc et des pattes verdâtres.

Chant : 

.
Elle a un répertoire très riche. On l’entend souvent la nuit auprès des plans d’eau, ou au printemps lorsqu’elle vole en émettant une espèce d’éternuement.

Habitat  : Elle fréquente les étangs, les lacs et les baies peu profondes, à végétation dense, mais aussi les pièces d’eau ouvertes. On rencontre également quelques couples égarés sur la Nied.

Comportements : Plonge très souvent à la recherche de nourriture. Nage lentement en hochant Foulque macroule la tête. Elle défend son territoire énergiquement en se précipitant contre les intrus. Plonge avec un petit saut et ressort rapidement (flotte comme un bouchon).

Vol : Court en frappant des pieds sur l’eau avant un envol laborieux.

Nidification : Nid : c’est une construction volumineuse faite de matières végétales amoncelées sur la végétation émergée, dans parfois 30 cm d’eau, parfois renforcée si le niveau d’eau s’élève. La cuvette intérieure tapissée d’herbes. Il est placé assez haut et il est souvent bien visible. Ponte : la femelle pond de 5 à 9 oeufs plus gros et moins tachetés que ceux de la poule d’eau. Ils sont blanc cassé brillant avec quelques mouchetures. L’incubation commence avant que la portée soit au complet et dure un peu plus de trois semaines. Les oeufs éclosent sur plusieurs jours. La plupart du temps, les premières portées sont pondues fin avril. Les portées de remplacement sont pondues jusqu’à fin juillet. Les jeunes restent au nid quelques jours puis ils sont répartis entre Foulque macroule les deux parents. La femelle garde le nid avec sa moitié de portée et le mâle construit une plate-forme spéciale pour la sienne. Les jeunes s’alimentent seuls vers l’âge de 4 semaines et commencent à voler un mois plus tard.

Régime : La foulque macroule est omnivore. Son régime alimentaire est essentiellement végétarien. Elle bascule et plonge régulièrement jusqu’à 2 mètres de profondeur pour s’alimenter, parfois jusqu’à 4 ou 5 mètres. Elle peut voler de la nourriture à d’autres foulques.

Nous avons également vu un héron :

 
Identification :
Grand oiseau gris, majestueux lorsqu’il est debout au repos. Il possède de longues pattes jaune grisâtre ou grises, un long cou et un grand bec jaune grisâtre en forme de dague. Le dessous, la tête et le cou sont blanchâtres avec une crête noire et des rayures sombres sur le devant du cou et de la poitrine. Le reste du plumage est gris-pigeon. En vol, parfois haut en battant lentement des ailes qui sont alors bien arquées, les plumes principales des ailes sont foncées, presque noires, le cou est replié et les pattes sont plus longues que la queue. Les jeunes hérons ont le front et la calotte gris, la nuque noire grisâtre avec une courte plume nucale, les côtés de la tête et du cou ainsi que le dos gris. Le centre de leur cou est beige. Ils cherchent Héron cendré à se nourrir près de toutes sortes de plans d’eau, et on en voit même quelquefois en zone urbaine. Leur technique de pêche n’est pas encore très au point et ils feront sans doute plus de peur que de mal aux poissons.

Chant  : 

Le cri typique en vol, souvent émis le soir, est rauque, sonore et croassant. La colonie est très bruyante et de nombreux coups de becs peuvent être échangés. Khèèik

Habitat  : Les hérons fréquentent n’importe quelle zone humide (marais, cours d’eau, étangs ...) où ils peuvent trouver de la nourriture. Ce peut être de l’eau douce, saumâtre ou salée, dormante ou courante, du moment quelle est peu profonde. Ils peuvent aussi fréquenter les forêts à proximité des eaux.

Comportements : Le héron cendré peut avoir Héron cendré des attitudes curieuses. Il peut rester des heures, posé sur une seule patte, complètement inactif s’il n’est pas dérangé. Il enfonce son cou dans les épaules, seule la tête et le bec à l’horizontale semblent surgir de son corps. Sa manière de chasser est particulière. Il chemine lentement et courbé, dans les eaux peu profondes, sans faire de bruit, pointant vers le bas son bec puissant et pointu, prêt à asséner le coup mortel à la proie qui passera à sa portée.
Parfois, il reste immobile dans l’eau, observant le fond devant lui et sur les côtés afin de capturer habilement Héron cendré le moindre poisson qui passe.
Pour les grosses proies, (grand poisson ou anguille importante), il les frappe fortement de son bec pour les transpercer, et les secoue d’un côté à l’autre, avant de les avaler entières, tête la première.

Vol : Bat lentement des ailes, la tête repliée en arrière et les pattes tendues. Vol lourd et puissant.
Le héron cendré a un vol lent, avec de profonds battements d’ailes, donnant une impression de puissance. Il s’envole de façon majestueuse. Il plane parfois, surtout avant d’atterrir.

Nidification : Le Héron cendré héron cendré construit un très grand nid avec des rameaux secs, des branches et des laîches. Il nidifie en grandes colonies souvent sur un seul arbre.
La femelle dépose de 3 à 5 œufs mats, gris-bleu, parfois teintés de roux. L’incubation est assurée alternativement par les deux parents, et dure environ 26 jours.
A la naissance, les poussins ont une apparence grotesque, avec le duvet de la tête très abondant.
Ils sont nourris par les deux parents. Incités par les petits coups de bec des jeunes, ils régurgitent la nourriture que les poussins prennent directement dans le bec des adultes.
Les jeunes ne volent pas très bien avant l’âge de 55 jours.

Régime : Le héron cendré se nourrit essentiellement de poisson, d’anguilles, de batraciens. Il peut aussi se nourrir de petits mammifères (rongeurs), d’insectes, de crustacés et de reptiles. Il pêche les poissons à l’affût, parfaitement immobile. A la vitesse de l’éclair, son cou se détend et son bec en forme de poignard transperce la victime.

Protection / Menaces : La destruction de certaines parties de son habitat, notamment l’abattage des arbres et les dérangements humains, peuvent compromettre la nidification du héron cendré.
Actuellement, l’espèce se porte très bien grâce à sa protection totale, et à une meilleure gestion de son habitat.